Les Smart Work Centers d’Amsterdam

Le projet de Smart Work Centers (SWC) a été lance à Amsterdam en Septembre 2008, avec pour but de réduire la demande de transports et d’augmenter la productivité des employés, en réponse au problème de l’expansion urbaine. Le SWC propose des services en “cloud”, avec 64 postes de travail et une salle équipée avec le système de téléprésence de Cisco. Le retour sur investissement de ce projet n’a pas été encore calculé, mais les avantages d’une telle installation sont les suivants : les trajets pendulaires journaliers sont réduits de 66min en moyenne, et la différence de coût pour les entreprises, entre la location d’un espace de travail en SWC et l’acquisition et l’entretien de locaux propres est de 50% à 70% moindre en faveur des SWC. Le porteur de ce projet à but non-lucratif est la fondation Amsterdam Bright City, et ses partenaires sont la Ville d’Amsterdam et Almere, Cisco, Quality Center, H40 Investments et la foundation Almere Smart City. Selon M.Boorsma, responsable du programme Connected Urban Development chez Cisco, les conditions de réussite d’un tel programme sont les suivantes : cooperation entre secteur privé et public, haute qualité de la connexion Internet par fibre optique, et planification du projet à grande échelle.

      

Site du projet (en Anglais) : http://www.amsterdambrightcity.nl/zuidas/en/community

 

Read more...

Les Smart Work Centers de Séoul, Korea

Le projet sud-coréen de Smart Work Center, très ambitieux, a pour but de décongestionner le trafic à l’intérieur de la capitale, d’augmenter la productivité de ses utilisateurs et de rendre la Corée du Sud plus écologique. Lancé cette année, ce projet a comme objectif de faire travailler 30% des fonctionnaires – soit 8 millions de personnes – dans des bureau intelligents en dehors de Séoul, ville où se concentrera le quart de la population sud-coréenne en 2015.

Deux des cinquante bureaux intelligents prévus pour les fonctionnaires ouvriront cette année, 10 autres en 2012 et le reste en 2015. Dans le même temps, un plan vise à mettre en place 500 bureaux intelligents pour le secteur privé dans la même période. L’idée maîtresse est de changer la mentalité des employés, qui travaillent longtemps mais de manière peu productive si l’on prend en compte les transports, de faire baisser le traffic routier dans Séoul notamment (considérée comme l’une des pires villes en la matière), de diminuer les émissions de CO2 , qui ont augmenté en Corée du Sud plus rapidement que dans n’importe quel autre pays de l’OCDE. La lourde pénétration des smartphones dans la téléphonie grand public, qui représentent maintenant 20% du marché des téléphones portables, est interprétée comme un signe positif pour la réussite du projet, en ce que les fonctionnaires sont désormais accoutumés à l’idée d’une mobilité professionnelle étendue.

 

Plus d'information ici :

http://www.songdo.com/songdo-international-business-district/the-city/master-plan.aspx

http://www.songdo.com/

http://www.greenit.fr/article/acteurs/amsterdam-sera-neutre-carbone-des-2015-grace-a-cisco

Read more...

L'exemple de projet à grande échelle : le cas "Spaces", à Amsterdam

Spaces est un nouveau concept de télécentre venu des Pays-Bas, qui propose une large gamme de services pour un grand nombre d’utilisateurs. Ce projet dispose pour l’instant d’un unique site, auquel s’ajoutera un second actuellement en préparation. Le site existant accueille quotidiennement 700 à 1500 utilisateurs, et entend constituer un “troisième lieu”, entre le domicile et le lieu de travail. Il comprend un bureau de réception, un système d’assistance en direct et une connexion Internet haut débit entre autres. Spaces propose un usage modulable de l’espace de travail, avec des solutions adaptées aux besoins des utilisateurs. L’organisation loue ces bureaux aussi bien à des grandes entreprises qu’à des PME, ce qui lui permet de maintenir une et identité et un design propres, avec des durées de contrat allant de 6 mois à 5 ans. Le site possède de nombreux postes de travail ouvert 24h/24h, 7j/7, avec un abonnement bon marché de 110€ par mois pour un accès 5 jours par semaine, des salles de réunion et des options supplémentaires pour l’accueil des clients.

Les prévisions de croissance pour Spaces dans les 5 à 10 prochaines années sont importantes, avec 10 à 15 ouvertures de sites prévues en Europe, en maintenant une superficie de 10 000m2 minimum.

      

 

http://www.youtube.com/watch?v=n2dGwQAKfhE&feature=player_embedded

http://www.dailymotion.com/video/xdvyx4_smart-work-center-spaces_tech

 

Read more...

Les Comptoirs Numériques

Espace de co-working situé à St-Etienne, qui propose un ensemble de prestations afin de permettre aux usagers de travailler dans les mêmes conditions matérielles que dans un bureau d’entreprise. La tarification s’effectue soit à la demi-journée, à la journée, ou à l’abonnement mensuel. En outre, des animations et réunions d’information sont régulièrement organisées, afin de proposer aux différents « co-workers » des activités communes, des séances d’information (principalement sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication) et une initiation au maniement de logiciels/d’outils Internet.

Le principe du co-working est en effet au cœur de notre stratégie de réduction des trafics pendulaires, facteurs d’émissions de CO2 et d’inconfort pour les employés habitant loin de leur lieu de travail.

       

Lien : http://www.comptoir-numerique.fr/

L’Exemple de Green Vallée, Travailler Autrement au 77

Un nouveau concept d’espace de travail est arrivé à Champs-sur-Marne, dans le 77 : projet lancé en 2008 et avec les premières constructions prévues pour 2013,  Green Vallée  vise à la réalisation d’un parc immobilier tertiaire et commercial d’envergure au sein de la Cité Descartes, cœur stratégique du secteur francilien désigné comme cluster de la ville durable dans le schéma directeur du Grand Paris.

Une superficie total de 154.000 m2 sera utilisée pour des bureaux, commerces en pied d’immeubles, hôtels de courts et moyens séjours, un parking public et 7.000 m2 dédiées au concept de Travailler Autrement, avec  la prévision est d’accueillir entre 10000 et 15000 personnes.

L’idée à la base du projet est la nécessité de créer une atmosphère de travail agréable, dans un endroit entouré d’espaces verts et des bureaux  conçus avec lumière naturelle, décoration végétalisée, espaces d’échanges et de repos.

L’environnement sera aussi amélioré grâce à la mise en place d’un éco-site, et sera construit selon un schéma architectural respectueux de son environnement naturel, avec grande utilisation du bois et panneaux solaires ; les bâtiments pourront donc  être autosuffisant en énergie, et l’eau de pluie sera récupérée.

Le Travailler Autrement dépasse la vision typique du travail strictement lié au bureau, et au contraire envisage la mise en place de services pour les travailleurs, tels qu’une conciergerie (coiffeur, cordonnerie, pressing)  ou même d’activités diverses quotidiens, mensuels et annuels tels que des ateliers (cuisine, poterie, couture, lecture), tournoi de poker, échecs, cross interentreprises, retransmission film sur écran géant, marché bio, culture d’un potager.

Web: http://greenvallee.net/

Teleworking en Hauts-de-Seine

La section Hauts-de-Seine de la Chambre de commerce et d’Industrie de Paris vient de publier un dossier sur l’impact des nouvelles technologies sur la façon de travailler des français et l’aménagement du territoire.

La thèse qu’y est développée voit le travail à distance comme une réelle réponse à des enjeux  multiples :

  • le temps de transport: actuellement, 40% du temps de déplacement des Franciliens est consacré aux trajets domicile-travail pour une durée moyenne de 32 minutes, avec un notable impact sur la productivité des entreprises
  • l’environnement: le télétravail réduira la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre
  • le territoire va être impacté par la création d’emplois basés sur l’économie de la connaissance

 Depuis l’enquête menée en Hauts-de-Seine, c’est le télétravail à domicile celui qui se développe le plus rapidement. Au contraire, le travail en télécentres n’est utilisé que par 10% des interviewés : cela implique en effet un potentiel énorme de développement pour les « tiers lieux ».

L’enquête pose aussi l’accent sur les effets positifs du télétravail pour les salariés et les entreprises : le temps de déplacement diminuent, la réactivité de l’entreprise croit, les employés sont fidélisés  et l’entreprise peut réduire les charges immobilières. Aussi, le télétravail porte un changement dans l’organisation des espaces en entreprise : optimisation des m2, bureaux partagés sont seulement quelques solutions avec un impact positif pour l’entreprise. Mais le télétravail porte aussi des risques : la vie privée des collaborateurs est parfois en danger, les entreprises exigeants réactivité à toute heure. 

Il est aussi évident que le télétravail est lié à un changement de mentalité au sein de l’entreprise, qui passe de la culture du contrôle à celle de la confiance, privilégiant le management par objectifs et l’indépendance du travailleur. Cela s’accorde aussi avec la mentalité d’une nouvelle génération des cadres, qui voient les nouvelles technologies comme parte intégrante de leur manière de travailler et s’attendent une majeure flexibilité de l’entreprise. Le télétravail peut donc constituer pour l’entreprise une manière de retenir les talents et augmenter leur performances.

Liés à ce manière de voir le lieu de travail, des nouvelles espaces tels que tiers-lieux et centres d’affaires commencent à apparaitre.  Ils répondent à une exigence est de mobilité et flexibilité, sans perte de productivité et d’un environnement de travail avec la même ambiance et professionnalisme du travail en entreprise. Il faudra donc penser ou repenser des nouveaux espaces de travail, avec les utilisateur au centre de cette réflexion, et l’objectif de favoriser la communication, le partage, la connaissance et une meilleure utilisation des couts des m2 à disposition. Les espaces de travail partagé peuvent aussi favoriser une meilleure gestion des couts grâce à la mutualisation des équipements .

Un exemple intéressant peut être l’utilisation des gares de train comme tiers-lieux : en tant que lieu de passage, les gares du demain peuvent être conçues comme cœurs de pôles urbains, avec activités et services, un concept déjà développé par RATP pour les stations « Osmose » du Grand Paris.

Source: http://www.ccip92.fr/upload/pdf/ecodeb-8-teletravail.pdf