Cours Ville Post Carbone - Mastère Développement Durable HEC (2010-2011)

Ce cours comporte deux volets:

  • une introduction à la ville post carbone, qui expose les interdépendances entre les enjeux et montre la nécessité d'une approche systémique
  • une présentation du BETA Programme, qui propose une méthodologie pour répondre aux enjeux de la ville post carbone.

Première partie: Diagnostic systémique

cours ville post carbone Mastère Développement Durable HEC (2010-2011)
View more presentations from quattrolibri.

Le cours déroule plusieurs prismes d'analyse sur la ville, et illustre ainsi l'interdépendance des enjeux: mobilité, alimentation, emploi, forme urbaine, finance, savoir-faire, bio-ressources... 

Le cours montre que les enjeux de forme urbaine, aussi visibles et discutés soient-ils, ne doivent pas être le principal prisme d'analyse. En effet, la ville doit avant tout être comprise comme un écosystème, qui transforme des flux entrants et sortants en fonction des ressources du territoire, des conditions climatiques et des facteurs culturels locaux. 

Cette vision de l'écosystème est éclairée par la fresque d'Ambrogio Lorenzetti, de 1338: dans l'Allégorie des effets du bon et du mauvais gouvernement, qui figure au Palazzo Publico de Sienne, Lorenzzetti représente la partie bâtie de la ville comme un sous-ensemble du territoire. La partie bâtie ne peut exister qu'à la condition de pouvoir assurer son autonomie alimentaire. La "ville" est ainsi formée d'un tout: une structure bâtie, une infrastructure d'échanges (l'octroi, pour cette représentation), une infrastructure alimentaire (la campagne alentour).

Screen_shot_2011-09-03_at_3.51.54_PM

La représentation de Spaceship Earth de Buckminster Fuller résume en conclusion le nécessaire changement de point de vue sur la ville: plutôt qu'une vision en continents écartés les uns des autres, cette représentation d'une sphère sur un plan montre la continuité des terres émergées. Par analogie, nous rappelons la continuité des enjeux, leur interdépendance.

 

Deuxième partie: BETA Programme

Cours HEC BETA programme 2010-2011(2/2)

Le deuxième cours part de l'analyse systémique et expose les principes du BETA Programme. Les étudiants ont été répartis en quatre groupes (Bâtiments, Emploi, Transports et Alimentation) pour concevoir leurs programmes de transition, sur les trois horizons de temps retenus (0-1 an, 1-5 ans, 5-10 ans). Cet exercice a fait apparaître la difficulté d'apprécier la temporalité des projets: les conditions de démarrage sont-elles réunies? la montée en charge du projet est-elle réaliste? Les étudiants ont également pu appréhender les interdépendances entre les projets proposés, et la nécessité d'adopter une gouvernance transversale pour tirer parti des synergies entre les projets.

Présentation de la recherche-action au MEDDTL (02 février 2011)

Présentation à mi-parcours de la recherche-action menée sur le territoire de Fontainebleau, dans le cadre du séminaire de restitution des travaux de recherches territoriales du programme "repenser les villes dans une société post carbone".

La présentation résume les étapes de diagnostic, stratégie et d'amorçage de projets post carbone sur le territoire de Fontainebleau, illustrant ainsi la problématique des petites villes satellites des grandes villes. 

 

 

 

Métaphore du jeu de l'oie.

jeudeloie

Une des conclusions de notre recherche porte sur la difficulté de faire le lien entre les données "expertes" d'un programme post carbone et les actions du quotidien, achats individuels, décisions d'entreprises ou actions politiques.

Plutôt que de mettre l'accent sur un programme d'actions à long terme (=le travail de l'expert), nous soulignons l'importance de mobiliser les parties prenantes, d'engager une dynamique d'action (=l'action des joueurs du jeu de l'oie). 

Au jeu de l'oie, le joueur "lambda" ne connaît pas par coeur la signification de l'ensemble des 63 cases du plateau de jeu. De même, le citoyen "lambda" ou l'élu ou l'entrepreneur ne connaît pas le détail de l'ensemble des actions du programme de transition.

En revanche, les règles du jeu de l'oie sont suffisamment simples pour que chacun puisse jouer et comprendre le sens de chacune des cases, et sont suffisamment attirantes pour motiver les joueurs à soutenir leur effort tout au long de la partie. De même, les parties prenantes de la transition sont impliquées dans des actions concrètes, qui prennent de l'ampleur et maintiennent leur motivation au gré des avancées des actions entreprises.

C'est là l'objectif d'une transition post carbone: présenter un message simple, à l'échelle de chacun des projets entrepris, et un message motivant, qui suscite l'intérêt, l'énergie et l'implication de tous.

Enfin, l'analogie nous rappelle qu'au jeu de l'oie on peut certes avancer directement à la case victorieuse, mais on peut aussi cheminer par avancées / reculs. Les actions "petit pas" que nous préconisons dans le BETA Programme® sont aussi destinées à autoriser l'erreur et le recul, en minimisant les conséquences long terme des erreurs. Ce principe de réversabilité touche les actions de petite ampleur, mais ne s'applique pas à l'énergie de conduite du changement: il ne faut pas cesser de jouer, pas cesser de s'impliquer, pas cesser de mesurer les émissions, les résultats obtenus par les actions entreprises etc. Mais il est possible et raisonnable d'ajuster le tir, de corriger telle mesure ou telle autre, pour optimiser l'impact de la réduction des émissions.